Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Syndrome du Saumon

  • Salmon Syndrome

    (traduction Google en anglais du "Syndrome du Saumon")

    Preamble:
    What would you do if, your spouse had remained a stranger to you for many years?
    An unknown person who comes and goes only in due time but who has secrets in reserve by obligation.
    It's kind of what happened to Clara with her husband, John.
    Clara is of Mexican origin and is what is called the wife of a single man.
    If there have been attempts made by some men to reconcile them, they have all rejected them and never counted for her.
    John, on the other hand, is the republican American, pure stock.
    As for Carla, politically she was a democrat to the tip of her nails.
    In a country as immense as the United States, being on the move for its business, is not abnormal. Mobility is not a question, it is almost an obligation.
    Their 20-year-old son, Stephen, still single, was in training at a military base at the other end of the United States.
    To complete the family, the dog, Cowboy, keeps company with Clara.
    From Florida, the European imagines Miami, with the memory of soap operas "Miami vice", "Experts" designed to attract the tourist.
    The Villa Vizcaya, Italian Renaissance style, brings to life the memories Al Capone and Gatsby.
    There is no question of forgetting the word "dollar" in the infinitive plural, walking along the canals and islets of Fort Lauderdale, known as the "Venice of America", under the insistent indications of a guide. Of pensioners in which it is not uncommon to see "young-old" serving in drinking places, to round off the end of difficult months.
    By taking a step back and summarizing, Florida is a large amusement park organized for "entertainment". She bears the palm of the Luna Parks.
    The state also deserves to be featured in the Guiness Book by mixing dreams and reality, science and fiction.
    At Disney World, one passes blithely from the castle of the Sleeping Beauty to the haunted house where "You are the host of the gost" is more than a maxim.
    Right next door, Epcot combines the past and the future with the present.
    Seaquarium and Marineland share their shows for dolphins and orcs by forgetting their captivity to the tourist.
    Cap Kennedy, at Cape Canaveral, makes dream by the remains of the rockets and shuttles to the conquest of the space while keeping in center, a workshop for spaceships that exceeds in dimension, the pyramid of Cheops.
    In bad sensations, then, it is the Seminole Indians who, in the Everglades, cure the tourist by playing with an alligator in whose jaws they place their heads to make them pale with emotions.
    Gibsonton, the unusual city that brings rest to the circus people and characters of "freak shows", "beasts of fair". This since the 1940s, during which it was not surprising to see an elephant in a garden. Become "Show Town" or "Gibtown".
    "Bush Gardens" has nothing to envy from amusement parks like Pairi Daiza, Walibi & Co.
    Without a very distant past, the Americans do everything to make it revive Saint Augustine with all the old stuff of the conquest of the West in a museum of wax, sometimes in the open, trying to imitate the reality of the characters but who However, would look pale opposite the Musée Grévin in Paris.
    Everything is commercially operated in Florida.
    To get out of the crowd, tired perhaps, the tourist finds nature and its sweetness to live on the Silver Spring by sailing on boats with plexiglas flat bottom in search of the manatees. Water-skiing shows on the lakes of Cypress Garden ...
    On the production side, oranges and grapefruit are the breasts of Florida, while Tampa cigars are trying to make pale those produced in Cuba.
    In general, this tour if it does not push to return the tourist in childhood during his holidays, it is that it is not normal.
    35 years ago, I discovered and toured Florida as a short culotted tourist, in this state show that produces series in series.
    "Sex, sand, sun and sin".
    Crossing point, cocaine yields more than tourism.
    I do not think that has changed.
    The American Naples, where this story begins, is a version on "Gulf of Mexico".
    Nothing to do with the Italian city with its Vesuvius in the background.
    No resemblance, except the warm climate, but here is only more humid, more tropical at 26 ° north latitude and 40 ° for Italian Naples.
    The character of Naples summary would be in the words romantic, chic, elegant, privileged and good-natured. Words found in Old Naples in the heart of Third St South.
    In Florida, if one has the age of its arteries, it was mainly based on its magot.
    In February 2016, we are at the beginning of the electoral campaign for the inauguration of a new president in a country that pushed capitalism to its climax, until it bites its fingers in 2008.
    Clara learns of the death of her husband John.
    She knows a vacuum that she wants to fill by looking for answers to the questions she had never asked herself.
    To know John, to meet him, if need be, posthumously and accelerated.
    For you, readers, it will be a soap opera that I will publish at a rate of two chapters per fortnight.
    As Musso said in his latest book "The Brooklyn Girl" podcast, a novel is like the Tour de France, we know the beginning, we know that there will be someone on the podium in Paris, Knows the different stages, but we do not know what will happen inside each of them.
    Good reading and good imagination.

    Lire la suite

  • Le Syndrome du Saumon

    PréambuleQue feriez-vous si, votre conjoint était resté un inconnu pour vous pendant de nombreuses années? 

    Un inconnu qui ne vient et ne revient qu'à terme échu mais qui a des secrets en réserve par obligation.

    C'est un peu ce qui est arrivé à Clara avec son mari, John.

    Clara est d'origine mexicaine et est ce qu'on appelle la femme d'un seul homme.

    S'il y en a eu des tentatives de rapprochements effectuées par certains hommes, elle les a tous repoussés et ils n'ont jamais comptés pour elle.

    John, par contre, est l'Américain républicain, pur souche.

    Quant à Clara, politiquement, elle était démocrate jusqu'au bout des ongles.

    Dans un pays immense comme les États Unis, être en déplacement pour ses affaires, n'est pas anormal. La mobilité n'y est pas une question, c'est presqu'une obligation.

    Leur fils de 20 ans, Stephen, encore célibataire, était à l'instruction dans une base militaire à l'autre bout des États Unis.

    Pour compléter la famille, le chien, Cowboy, tient compagnie à Clara.

     

    0.jpg

    De la Floride, l'Européen imagine Miami, avec le souvenir des feuilletons télévisés "Miami vice", "Experts" conçus pour attirer le touriste...

    La villa Vizcaya, style renaissance italienne, y fait revivre dans les mémoires Al Capone et Gatsby le magnifique.

    Pas question d'oublier le mot "dollar' au pluriel infinitif, en se baladant sur les canaux et les îlots de Fort Lauderdale, surnommé la "Venise de l'Amérique", sous les indications insistantes d'un guide. Miami, la ville des retraités dans laquelle, il n'est pas rare de voir des "jeunes-vieux" qui servent dans les débits de boissons, pour arrondir les fins de mois difficiles.  

    En prenant du recul et pour résumer, la Floride est un grand parc d'attractions organisé pour "l'entertainment". Elle porte la palme des Luna Parks.

    L’État mérite aussi de figurer au Guiness book en mêlant le rêve et la réalité, la science et la fiction.  

    A Disney World, on passe allègrement du château de la Belle au Bois Dormant à la maison hantée où "You are the host of the gost" est plus qu'une maxime.

    Juste à côté, Epcot conjugue le temps passé et futur au temps présent.

    Seaquarium et Marineland partagent ses shows pour dauphins et orques en faisant oublier leur captivité au touriste. 

    Cap Kennedy, au Cap Canaveral, fait rêver par les vestiges des fusées et des navettes à  la conquête de l'espace en gardant en son centre, un atelier pour vaisseaux spatiaux qui dépasse en dimension, la pyramide de Chéops. 

    En mal de sensations fortes, alors, ce sont les Indiens Séminoles qui, dans les Everglades, guérit le touriste en jouant avec un alligator dans la gueule duquel ils placent la tête pour le faire pâlir d’émotions.

    0.jpgGibsonton, la ville insolite qui apporte le repos aux gens du cirque et des personnages de "freak shows", des "bêtes de foire". Cela depuis les années 40, pendant lesquels il n'était pas surprenant de voir un éléphant dans un jardin. Devenue "Show Town" ou "Gibtown".

    "Bush Gardens" n'a rien à envier des parcs d'attractions comme Pairi Daiza, Walibi & Co.

    Sans véritable passé très lointain, les Américains font tout pour le faire revivre à Saint Augustine avec toutes les vieilleries de la conquête de l'Ouest dans un musée de cire, parfois à ciel ouvert, pour essayer d'imiter la réalité des personnages mais qui pourtant, ferait pâle figure face au Musée Grévin de Paris.

    Tout est exploité commercialement en Floride.

    Pour sortir de la foule, fatigué peut-être, le touriste retrouve la nature et sa douceur de vivre sur la Silver Spring  en voguant sur bateaux à fond plat en plexiglas à la cherche des lamantins. Les shows de ski nautique sur les lacs de Cypress Garden... 

    Du côté production, les oranges et les pamplemousses sont les mamelles de la Floride, tandis que les cigares de Tampatentent de faire pâlir ceux qui sont produits à Cuba.

    En général, ce tour d'horizon s'il ne pousse pas à faire revenir le touriste en enfance pendant ses vacances, c'est qu'il n'est pas normal.

    Il y a 35 ans, j'ai découvert et parcouru la Floride comme touriste en culotté courte, dans cet État spectacle qui produit des shows en séries. 

    "Sexe, sable, soleil et péché ".

    Point de passage, la cocaïne rapporte plus que le tourisme.

    Je ne pense pas que cela ai changé.

    La Naples américaine, où commence cette histoire, est une version sur "Golfe du Mexique".

    Rien à voir avec avec la ville italienne avec son Vésuve en arrière plan.

    Aucune ressemblance, si ce n'est le climat chaud mais qui, ici, est seulement plus humide, plus tropical à 26° de latitude nord contre 40° pour la Naples italienne.

    Le caractère de Naples résumé serait dans les mots romantique, chic, élégants, privilégié et bon enfant. Des mots qui se retrouve dans Old Naples au cœur de Third St South. 

    En Floride, si on a l’âge de ses artères, on l’a surtout en fonction de son magot.

    En ce mois de février 2016, nous sommes au début de la campagne électorale pour l'investiture d'un nouveau président dans un pays qui a poussé le capitalisme à son paroxysme, jusqu'à s'en mordre les doigts en 2008.

    Clara apprend la mort de son mari John.

    Elle connait un passage à vide qu'elle veut combler en cherchant les réponses aux questions qu'elle ne s'était jamais posée.  

    Connaître John, le rencontrer même, si besoin, à titre posthume et en accéléré.  

    Pour vous, lecteurs, ce sera un feuilleton que je publierai à un rythme de deux chapitres par quinzaine de jours. 

    Comme le disait Musso dans son dernier livre "La fille de Brooklyn"podcast, un roman, c'est comme le Tour de France, on connait le début, on sait qu'il y aura quelqu'un sur le podium à Paris, on en connait les différentes étapes, mais on ne sait pas ce qui va se passer à l'intérieur de chacune d'elles. 

    Bonne lecture et bonne imagination....

    Pour se mettre dans l'ambiance de l'histoire, des images de cette ville américaine de Naples:

    Lire la suite